Osaka et Himeji

Osaka est une ville grouillante de monde, cosmopolite et moderne qui contraste fortement avec Kyoto la traditionnelle. Personnellement, cette ville ne m’a pas marquée et donc, j’y suis passée assez rapidement pour visiter le musée de la céramique, face à l’hôtel de ville, qui possède quelques pièces très belles (qu’on ne peut pas photographier! Grrr!) mais le plus intéressant fut le détail et la délicatesse des « tabatières » (flacons) qui sont vraiment magnifiques.

IMG_6906

IMG_6907

Eh oui, j’ai réussi « à voler » quelques photos au musée quand même. Quelle racaille! lol

IMG_6908

IMG_6909

Après cette courte visite, je suis allée visiter, comme beaucoup de touristes, le château d’Himeji. Compter 15-20 min pour traverser le parc jusqu’en son centre où se trouve le château.  Etre en bonne condition physique car ça grimpe bien et régulièrement sur de grosses pierres (et ce fut assez pénible). Personnellement, je ne vous conseille pas d’y visiter l’intérieur, ça coûte quand même 600 yens pour visiter 6 étages (le 7 e étant le panorama sur la ville) et bon, des panneaux et quelques mini vidéos expliquent le lieu mais essentiellement en japonais. Comparé à Himeji, préférez ce dernier, bien plus imposant et intéressant (même si lui …est vide à l’intérieur! Décidément!).

IMG_6916

IMG_6918

IMG_6919IMG_6921

Et au retour, au pied du chemin menant au château, ça m’a fait plaisir de retrouver ces rapaces. Dommage pour la photo, surtout qu’ils ne demandaient rien, comme à Malte!

IMG_6923

Comme j’ai toujours des problèmes d’Internet à l’hôtel, je ferai de mon mieux pour terminer mes articles mais le téléchargement des photos rament aussi maintenant alors il faudrapeut-être attendre le 26 à mon retour en Belgique. Désolée.

Himeji: 

Un des 12 plus vieux châteaux en bois du pays ainsi que le plus grand, il est reconnu au patrimoine mondial de l’UNESCO et il est le plus célèbre du pays. On peut notamment le voir dans le James Bond, « On en vit que deux fois ».  Le « héron blanc », en raison de sa couleur extérieure dominante, il fut crée avant le XVI es. Quasiment intacte depuis, il a subi de grandes restaurations de 2010 à 2015 donc j’ai pu profiter de son éclat 🙂                                                    Le château possède encore ses défenses, dont la taille des ouvertures des murs dépendaient de l’armement utilisé (arc ou arquebuses) selon qu’on doit être debout, à genoux ou couché pour l’utiliser à travers des meurtrières à diverses formes géométriques (triangles, ronds, rectangles), ainsi que des mâchicoulis permettant de jeter des pierres ou de l’huile bouillante en cas d’attaque (chouette époque!).

IMG_6925

IMG_6926

IMG_6929

IMG_6927

IMG_6932IMG_6932

IMG_6935

IMG_6938

IMG_6939IMG_6940

Cache-clous
Cache-clous

IMG_6948IMG_6945

IMG_6949

Voilà, avec ce dernier chapitre, c’était la fin de Kyoto et ses environs. Il reste encore Tokyo 🙂

 

 

 

Kyoto, la traditionnelle

Départ de Naha, j’arrive en soirée à Kyoto. Auberge facilement trouvée à proximité de la gare et très agréable pour y loger, d’autant plus que la ville est vraiment chère.                                           Il y fait très chaud, vraiment plus chaud qu’à Okinawa, un comble! Il fait lourd et c’est vraiment pénible de visiter la ville car cette chaleur écrasante fatigue très vite.                                               Premiers abords avec la gare plutôt désastreux car elle est vraiment gigantesque! Un vrai labyrinthe et, selon qu’on doit aller au nord (l’auberge) ou au sud (bus) de la gare, c’est difficile au début de s’y repérer malgré les panneaux bilingues.  Après deux jours, je me suis doucement habituée mais je prends pour principe de ne plus revenir de mes sorties la nuit (elle tombe plus rapidement au Japon que chez nous, il fait déjà nuit à 7h!) afin de ne pas me perdre.                   Difficile aussi de retirer de l’argent dans un distributeur automatique car ils sont essentiellement pour les cartes japonaises, il faut vraiment compter sur le 7/11, dont la gare en possède 2 (un au nord mais bien loin des navettes de bus pour l’aéroport international du Kansai) et un au sud (en face des arrêts de bus donc bien plus pratique à situer).                                                             Ceci étant dit, direction le Musée national de la ville (franchement bof avec 3 étages rapidement parcourus et assez vide, même s’il y a quelques très grandes statues religieuses intéressantes) et on peut pas photographier donc ça coûte cher en cartes postales…

IMG_6389 IMG_6387

et surtout le temple Sanjusangendo.                                                                                                                                     IMG_6374

www.kanpai.fr
http://www.kanpai.fr

Fondé en 1164, incendié et reconstruit en 1266, le temple comprend 1000 statues en bois de cyprès  (couvertes de dorures) alignées en rangées représentant Kannon, la déesse bouddhique de la compassion, entrecoupées par les statues d’autres divinités comme celle du Vent, de la Pluie et du Tonnerre.                                                                                                                         On termine la visite par des explications sur le temple et chaque année, le 15 janvier, le temple accueille une fête de l’Archerie dont les participants…sont toutes des filles!

IMG_6380 IMG_6382

IMG_6383 IMG_6385

 

 

 

 

 

 

Château Nijo-jo:

IMG_6390 IMG_6391

Datant du XVII es, il servait de résidence au premier shogun Tokugawa Ieyasu et fut completé le troisième shogun. Le bâtiment fut occupé pendant 15 générations jusqu’en 1867, date où le pouvoir tout entier revint à l’empereur, qui en devint son propriétaire.                                       Facile d’accès au métro du même nom, on peut se procurér un audioguide en français, fait assez rare pour être signalé.                                                                                                               Le palais Ninomaru abrite 33 pièces en enfilade selon l’architecture japonaise: portes coulissantes de papier de riz, tatamis au sol et cloisons peintes (artistes de l’école Kano) sur la nature (aigle, paon, cerisiers en fleurs,…). La salle d’audiences est représenté par des mannequins se prosternant devant le shogun, en hauteur sur une estrade.                                Autour des douves, une longue promenade attend le visiteur, agrémenté de jardins.

IMG_6395

IMG_6401

IMG_6405

IMG_6413

IMG_6415IMG_6414

 

 

Bataille d’Okinawa

IMG_6332
Guirlandes de grues multicolores

IMG_6331 Sur les hauteurs  de Naha (avec une belle vue sur la ville), on peut visiter l’ancien quartier souterrain de la marine japonaise pendant la Seconde Guerre mondiale.           En effet, fin mai 1945, les Japonais doivent se replier de Shuri à 5 km au sud de Naha où le « vice-amiral » ( titre posthume) Minoru Ota défend le quartier pendant près de 2 semaines avant leur défaite face aux Américains.  Ota s’est d’ailleurs suicidé début juin devant l’encerclement américain, sur place , en bon chef militaire, tradition japonaise d’honneur oblige, accompagné de ses soldats (4000 d’après le musée).                   La base souterraine est bien signalée et éclairée, même s’il faut toujours veiller à ne pas glisser et que cela manque un peu de photographies et/ou de mannequins permettant de visualiser au mieux les pièces vides. Toutefois, quelques gravures sont présentes dans quelques pièces.

Mais comment en est-on arriver là ?  Plus grand assaut amphibie de la bataille du Pacifique entre les Américains et les Japonais, cette bataille dura presque 3 mois, d’avril à juin 1945.       Petit rappel, depuis décembre 1941 et l’attaque japonaise sur Pearl Harbor, les Américains sont entrés en guerre. Je ne reviendrai pas sur ce prétexte douteux que le président Roosevelt a souhaité (et caché) afin de faire intervenir son pays isolationniste (et surtout l’opinion publique) dans une guerre aux côtés de la vaillante Grande-Bretagne contre l’ennemi fasciste (d’abord japonais puis fasciste quand Hitler a déclaré la guerre aux USA, étant allié du Japon…).                Les Alliés récupèrent d’île en île le territoire conquis par les Japonais et attaquent Iwo-Jima, qui fut une dure lutte pour la victoire car la défense japonaise infligent de lourdes pertes à l’armée américaine. L’île d’Okinawa doit servir de base pour envahir le Japon (code Iceberg) mais les Américains se rendirent vite compte du combat acharné de l’armée japonaise et bombardèrent massivement l’île avant d’y débarquer (la bataille s’appellera « Typhon d’acier » suite à la férocité des combats, aux rôles assidus des kamikazes et à l’équipement motorisé massif des Américains).  Résultats: plus de 70 000 morts du côté Japonais (tout confondu), environ 14 000 soldats américains et plus de 150 000 civils locaux tués!                                                           Devant cette bataille sanglante, l’Etat-major américain décida de ne plus envahir le Japon, afin d’économiser en hommes et en temps, et avança l’idée précise d’un plan totalement nouveau dans le monde, celui de l’utilisation de la bombe atomique…Hiroshima et Nagasaki en feront les frais en août 1945 (on vient d’y célébrer les 70 ans de ce massacre) avec les conséquences que l’on connaît…Peu de temps après, le Japon capitulera et la guerre sera définitivement terminée et les procès de Nuremberg et de Tokyo pourront commencer…

2. Le parc de la paix d’Okinawa

IMG_6338

Grand parc à proximité de la mer et du cap Kyan sur le site de la dernière bataille d’Okinawa. Il comprend le mémorial, la flamme éternelle et le musée, qui est très bien illustré (photos, vidéos, mannequins,…) mais qu’on ne peut pas photographier. On apprend ainsi notamment que, suite aux bombardements, les habitants d’Okinawa ont tenté de se réfugier dans les grottes de leurs îles et beaucoup en sont morts. On peut voir des photos ou une vidéo d’un enfant sauvé par les Américains et qui tremble de tout son corps ou deux petites soeurs miraculeusement retrouvées au fond d’une grotte. On sait aussi que les Japonais ont forcé la population à ne pas se rendre à l’ennemi et à organiser des suicides collectifs, dont certain(e)s rescapés en ont gardé des séquelles…                                                                                                                                              IMG_6336 IMG_6350

IMG_6356 IMG_6358

IMG_6360 IMG_6359

IMG_6361 IMG_6362

IMG_6364 IMG_6365

IMG_6368 IMG_6366

Plus amples informations: http://nezumi.dumousseau.free.fr/japon/okinawab.htm#quart

L’île d’Okinawa

IMG_6242

Après ma visite sur l’île d’Hokkaido, je me suis rendue à Naha sur l’île d’Okinawa. Il y fait chaud bien sûr…mais pas autant qu’à Kyoto comme je le remarquerai à mes dépends par la suite!          Le logement que j’ai choisi est sur une île à 20 minutes environ de l’aéroport (en fait moins, mais au Japon, on roule lentement) avec un onsen à volonté (oui, un petit plaisir j’avoue) qui m’a permis de me « familiariser » avec la méthode. Eh bien, c’est très agréable…mais l’eau est vraiment chaude (38,4° C, oui, ils sont précis). Et le sauna…ben, c’est même pas envisageable. Etant rentrée dans l’antichambre, je trouvais déjà que c’était chaud mais quand j’ai poussé la porte de la salle…j’ai dû tenir quoi? 30 secondes avant de fuir! Non, vraiment, là-dessus, c’est des « malades »! Je recommande pas le sauna. Mais le onsen, quand le corps s’acclimate, ça va. Faut s’habituer à être en tenue d’Eve mais les Japonaises n’ont aucun souci avec ça et l’idée de se laver AVANT de se baigner/prélasser dans le onsen est une bonne idée. Spécial mais pas désagréable. Me suis bien détendue le dernier jour et il me fallait bien ça après avoir tenter de conduire une demi-heure avec une voiture japonaise et à gauche svp, oui au Japon, on roule à gauche. Finalement, c’est surtout la dimension de la voiture (bien plus large que ce que je connaissais) et les rétroviseurs (drôle de formes. D’ailleurs, c’est bien simple, je n’utilisais jamais celui de gauche) qui m’ont effrayé et stressée. Et donc, devant la complexité et la durée, je n’ai pas pu aller vori l’aquarium de l’île et le château car, vu qu’on ne peut pas dépasser le 80-100 kms sur autoroute (façon je l’aurai pas fait vu ma « non maîtrise » du véhicule) le voyage valait un bon 4 h sans les visites et les péages etc. Impossible vues les visites prévues précédemment. Peut-être une prochaine fois (snif, mes dauphins) mais j’ai vu le musée des tortues à Kumejima alors moins de regret…

Bref, tout ça pour dire que j’ai visité un peu les environs de Naha mais sans plus car j’avais besoin de récupérer la navette de l’hôtel sinon j’étais bonne pour payer le taxi (oui, le métro va de l’aéroport jusqu’à la ville et c’est tout!) car pas de bus sur l’île, très fréquentée d’ailleurs et ça se comprend 🙂

IMG_6328IMG_6241

IMG_6327
L’île de Senaga
  1. Visite du château de Shuri:

Château médiévale et résidence royale du royaume de Ryukyu, il fut achevé au XV es  et détruit à plusieurs reprises par le feu, dont lors de la bataille d’Okinawa pendant la Seconde Guerre mondiale suite aux bombardements américains car son sous-sol servait d’abris antiaérien au quartier général de l’armée japonaise sur place.  De fait, le bâtiment fut restauré en 1992 et inclus en 2000 au patrimoine mondial de l’UNESCO.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Ce n’est pas très loin du métro (arrêt Shuri et terminus du métro d’ailleurs) mais il y a deux entrées, celle par le parc (et on peut alors descendre vers l’entrée soit par les murailles ou par la ville, j’ai choisi la première solution) soi on contourne sur la route et on arrive à l’entrée. De toute façon, pas le choix, pour monter et grimper, on va monter et grimper. Beaucoup de marches (et elles sont hautes :/) et beaucoup de marche en perspective en montée pour y arriver…sous 32 °C, plusieurs heures d’avion et au trot s’il vous plaît, car j’étais près de la fermeture du site!  Mouais, j’ai connu mieux.                                                                                     Personnellement, j’ai été un peu déçue du lieu car si le bâtiment est beau, il semble surfait et on constate bien sa création récente. On a l’impression d’être dans un décor de cinéma. Gênant.        Après, on visite l’intérieur (en ayant pris soin bien sûr au passage de se déchausser) et les photos sont interdites (:/). Et impossible de passer outre, il y a des guides en tenues traditionnels à chaque coin de couloir, saluant le visiteur et indiquant silencieusement de la main la direction à suivre.                                                                                                            Quelques gravures intéressantes mais toutes les explications sont en japonais. Il faut arriver vers la salle du trône pour que les photos soient acceptées et qu’on puisse avoir quelques explications anglaises.

SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES

2. L’île de Kume (ou Kumejima) :

Magnifique île paradisiaque, à 30 minutes en avion de l’aéroport de Naha.

IMG_6246 IMG_6248

IMG_6247IMG_6251

IMG_6252 IMG_6253

Seul bémol, peu touristique ce qui pose problème avec la langue de Shakespeare (y compris à l’aéroport au service information…). Les informations recueillies à l’aéroport de Naha sur le transport de bus semblait erronés et le bus de l’île ne passait que toutes les deux heures (!) jusqu’à 16h où il passait ensuite toutes les heures…jusque 18h. Après, nada. Etant arrivée à 11h, je ne me voyais pas attendre 2 h à l’aéroport donc j’ai pris un taxi jusqu’à Tatami Rocks, à l’autre bout de l’île. Pas prévu financièrement mais pas beaucoup le choix. Cela prend environ 20 minutes et 2400 yens. Bien sûr, le chauffeur de taxi ne parle pas anglais mais avec un peu de bonne volonté et une explication japonaise dans un prospectus, on y arrive! Chauffeur très gentil d’ailleurs car il a insisté pour me montrer quand le bus arrivait sur le lieu pour retourner vers l’aéroport. C’est pas chez nous qu’on insisterait pour le bus! lol

Bref, visite, assez courte mais belle, du tout petit musée des tortues de l’île pour 300 yens.

IMG_6255 IMG_6256

IMG_6258 IMG_6262

IMG_6263

IMG_6264

IMG_6270

Big Mama!
Big Mama!

 

 

 

IMG_6259

Et quelques belles photos de Tatami Rocks où je m’y suis d’ailleurs mouillée jusqu’aux genoux. Eau chaude, roches glissantes (très délicat avec le matériel photo en main) et un bon coup de soleil des bras au retour (je ne l’ai même pas senti dans l’avion du retour, je ne le verrai qu’arriver à l’hôtel!).

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

IMG_6282 IMG_6288

IMG_6290 IMG_6291

IMG_6291 IMG_6293

Anecdote: dans le plan touristique (en anglais quand même!), on peut apprendre que l’île…est hantée sur une route agricole en son centre.

Visite des châteaux: Calstenaud, Milandes et Marqueyssac

Castelnaud:

IMG_5680Bon, autant le dire d’entrée de jeu, ce ne sera pas mon meilleur souvenir.                                   Pourquoi? A cause de la montée pour arriver au château. Une pente très forte, qu’on ne peut gravir en fait qu’à pied (ou alors c’est le cauchemard de Domme qui revient en voiture et encore faut-il trouver de la place!) pendant une quinzaine de minutes. Rien pour se reposer, quelques grillages pour se tenir sinon que dalle! et un chemin qui n’est pas en terre mais en pierres de tailles disparates. Génial pour glisser. Bref, c’était une horreur et je n’y retournerai JAMAIS (non là, vraiment. Si je retourne bien dans la région, j’attends en contrebas d’autant plus que j’ai déjà vu!)! D’autant plus qu’au vu du prix, c’était très décevant car il n’y a quasiment rien à l’intérieur. C’est surtout un donjon presque vide, hormis la salle d’armes, une cour avec un puit, un petit jardin médiéval et une mini-tour avec quelques armes de guerre…Tout ça pour ça?!

IMG_5685 IMG_5689IMG_5686 IMG_5690

 

 

 

 

A sa décharge (et parce que je tiens à me montrer sincère), il était midi donc plein soleil et on avait fait le matin la montgolfière donc niveau fatigue, on était bien entamé.                             J’ai quand même signalé l’abbération du système car à Sintra, je rappelle que la montée est folle mais il y a un bus touristique alors là, c’est moins haut (300m d’altitude quand même. J’ai bien retenu pour plus me faire avoire!) et il n’y en n’a pas! A l’accueil, ils m’ont dit qu’ils l’ont fait une année (ah!) mais que ça n’ pas duré car la mairie a refusé car ils ne s’entendent pas entre eux (WTF?!). Bref, en colère, j’ai laissé un mot incisif sur ce délire car franchement, si vous avez une santé fragile, n’y allez pas. Ca ne mérite pas cet effort démesuré, malgré sa restauration.

IMG_5695  IMG_5694                                                                                                                                                         Anecdote: J’ai perdu maman au retour car elle a tourné en rond en redescendant par la route voiture pour épargner son genou. Résultat, je suis arrivée en bas avant elle, sans glisser sur les cailloux (un miracle!) et je l’ai attendu. J’ai même quémandé des infos à des Anglais mais sans solution. (hommage fulgurant à mon cerveau fatigué pour la traduction dans la seconde quand j’ai compris que c’était pas des Français lol).                                                                                   Après 30 minutes, j’allais la mort dans l’âme (oui, vraiment) décidé à remonter oui je dis bien REMONTER pour la chercher (nb pas de gsm et elle n’était pas au parking donc techniquement, elle était toujours en haut…:/) et là, maman descend par le chemin piéton. Au joie, je serais montée en plus pour rien car j’aurai pris le chemin voiture. Ouf!

2. Milandes ou l’âme de Joséphine Baker perdure:

http://jawbreaker.nyc/shocking-things-you-never-knew-about-josephine-baker/

Même l’humeur de chien de ma mère (suite à Castelnaux) n’a pas gâché mon plaisir de visiter ce site. Très intéressée par sa plus célèbre propriétaire que j’admire en tant que femme, résistante et ambassadrice de la tolérance universelle contre le racisme. Très beau combat qu’elle a mené d’autant plus personnellement de front puisqu’elle a adopté 12 enfants du monde entier, sa « tribu arc-en-ciel ».

En tant que femme noire aussi qui a vécu le début des années folles et son florilége de racisme aux Etats-Unis puis en Europe. Paris l’a accueilli et lui a offert une vraie carrière de music-hall qu’elle a très bien saisie, même si elle continuait à jouer de son image avec le cliché du colon-colonisé. Danseuse aux rythmnes endiablés et aux mimiques comico-ridicules qui a laissé dans le souvenir collectif celui de la danseuse à la rangée de bananes saillant sa taille, scandale à l’époque!

Lors de sa tournée dans l’Europe centrale, les prêtres des paroisses sermonnaient vivement leurs ouailles contre la visite scandaleuse de cette diablesse à poil, cette pêcheuresse qui les condamnerait à l’Enfer…

http://www.americancenterfrance.org/front/index.php?lvlid=21&dsgtypid=10&artid=75&pos=4

Bref, autant j’admire la femme autant que je suis déçue de la mère qui, comme beaucoup d’artistes, n’a pas su gérer sa comptabilité et s’est retrouvé obliger à quemander par çi- par là des aides pour sa famille, y compris au président de Gaulle! Elle reprendra même le spectacle à plus de 60 ans, notamment à Monaco, avec toujours une certaine grâce mais une grâce fânée que le maquillage outrancier n’a pas redoré…Elle sauvera à plusieurs reprises son château mais à trop tirer sur la corde, elle cassera…

IMG_5701

Le jardin comprend des volières (perruches et rapaces) et j’ai fais l’expérience inédite de rentrer en privée dans une volière de perruches ondulées  et calopsittes et la soigneuse m’a bien expliqué le quotidien de ces oiseaux et j’ai pu discuté avec elle de mon engouement pour eux puisque j’ai toujours eu des perruches depuis mon adolescence. Oliver, Léonard et Vicky, je vous fais coucou! Je me suis assise et elle m’a donné une gamelle remplie de graines, ainsi les oiseaux venaient se poser sur ma main et mon bras (oui, les perruches calopsittes lèchent la peau pour s’hydrater. Beurk…mais je rappelle que je venais de Castelnaud…, sur mon épaule, sur ma tête (il semblerait qu’il tirait sur mes cheveux mais je sentais rien lol) et même sur mon pied puisque le petit dernier s’excitait à tirer mon lacet. lol

 

 

IMG_5703                                                                                                                                                    Expérience autorisée assez rare pour le signaler. J’ai beaucoup apprécié, surtout que le mien ne vient pas ainsi mais la soigneuse était inquiéte pour les animaux à cause de la chaleur et, effectivement après le spectacle de rapaces, on verra que l’animateur n’arrêtera pas d’être surpris de la « mauvaise volonté »/fatigue de ses coéquipiers à plumes…Business is business…

IMG_5707 IMG_5708

 

Prix (2015): 9,40 euros (adulte).

3. Château de Marqueyssac :

Jardins en hauteur avec art topiaire, très beau en hauteur mais beaucoup moins sur le plancher des vaches. Le belvédère donne une vue à proximité de la Roque-Gageac et le « taxi » du lieu nous ramène vers la sortie ce qui est très agréable quand on a eu une journée aussi épuisante et remplie. Sympathique visite pour flâner et se reposer sur un banc à regarder la nature environnante et le paysage environnant mais je m’attendais à un art topiaire plus incroyable hors c’est un peu toujours les mêmes formes qui reviennent.

IMG_5715 IMG_5714

IMG_5717 IMG_5716

IMG_5719

 

IMG_5722

IMG_5723 IMG_5725

La Roque-Gageac en face
La Roque-Gageac en face

Le clou de la journée fut quand même la rencontre avec les paons: il y en a 5 sur le domaine. Anecdote:  on ne les trouvait pas et on souhaitait partir. A l’accueuil, on m’a signalé qu’ils se promenaient dans le parc mais, comme il faisait chaud, ils étaient sans doute à l’ombre…oui, mais où?! En désespoir, j’ai crié le cri « léon », cri du paon, à plusieurs reprises. Bien sûr, silence radio. Puis quelques minutes après, je les entends crier. On les cherche mais aucun signe. Et en descendant vers la sortie, miracle, on les a trouvé, tous dans la grange 🙂                                       Bon, si le métier de professeur ne donne rien, je peux toujours me reconvertir en paon lol             IMG_5729 IMG_5730

et le plus beau :)
et le plus beau 🙂

Prix (2015): 8,80 euros (adulte). Possibilité de billet jumelé avec Castelnaud. Nombreuses activités pédagogiques pour les enfants.

 

Visite dans les entrailles de la terre…

  1. Gouffre de Proumeyssac ou « cathédrale de cristal » :
http://www.geo.fr/photos/reportages-geo/la-france-des-villages-perigord-et-quercy/le-gouffre-de-proumeyssac

Voir la video sur: http://www.caudrevision.fr/videos/videos/le-gouffre-de-proumeyssac-la-cathedrale-de-cristal.html (prise de vues et montage de Gérard Timoleon)

ou celle ci-dessous de cc18c daylimotion:

Interdit de photographier mais magnifique grotte à 13 -14°C connue depuis le XVIII e et porteuse de plusieurs légendes: en effet, elle a servi à dissimuler définitvement les corps des victimes d’une bande de criminels sévissant dans la région. De plus, par temps humide en hiver, de la brume apparaissait plus de 50 m au-dessus du fond de la grotte et les gens pensaient que c’était le trou des Enfers….

Par après, on utilisa le trou de la cheminée comme d’un dépotoir puis on essaya de le boucher. En 1907, un vrai courageux eut l’audace (ou la folie?) de descendre le « conduit » accompagné seulement d’une bougie et dans un tonneau relié par une corde à la surface…Le guide nous a montré en éteignant les lumières, c’était vraiment inquiétant.

Alors, nous, nous sommes rentrés du côté moderne, un trou ayant été crée dans la roche dans les années 50 mais la vraie entrée et sortie du gouffre, c’est la cheminée où on peut encore descendre avec une nacelle (moderne actuellement! En effet, à l’époque de la nacelle relayé par un cheval, il fallait subir ses arrêts, à-coups,… en plein milieu du vide avec un pauvre éclairage…50 m de profondeur. Je vous laisse imaginer.                                                                   A partir des années 50, un groupe éléctrogène remplacera l’animal et une nouvelle cabine, plus conforme, sera installée. Dans les années 80-90, le gouffre recevra un nouvel éclairage et d’une sonorisation pilotés par ordinateur et des micros pour les guides.                                                   Actuellement, la visite obligatoirement guidée prend 45 min et utilise deux mini spectacles de sons et lumières (le 1 er très impressionnant) avec descente de la nacelle pour ceux/celles qui l’ont demandé au guichet et petite explication audiovisuelle sur des écrans dans la grotte.            J’ai été impressionné par les parois cristallisés qui donnent des formes particulières au gouffre et qu’on  nomme: pieuvre, méduse, sirène,…D’ailleurs, la plus imposante et « fragile » semble glisser lourdement vers le bas et le guide avait la malice de dire qu’on ne sait pas quand ça s’effondrerait, dans les minutes qui viennent ou dans 1 siècle. Sympathique…

http://www.sudouest.fr/2013/12/26/le-pere-noel-n-est-pas-reparti-il-descend-dans-le-gouffre-de-proumeyssac-24-1412799-1714.php
http://www.sarlat-tourisme.com/gouffre-de-proumeyssac

On a eu le même cas quand on est passé par les galeries, un peu glissantes, mais surtout étroites (heureusement, en se  baissant bien et en se cramponnant surtout aux barres de fer, on peut avancer prudemment à la queue-le-le vers la fin de la visite et la sortie 🙂

Je retiendrai aussi la calcification des objets sur place ( 1 an dans la grotte) et l’état de la table qui sert de support depuis des dizaines d’années et qui est complétement calcifiée. C’est très beau à voir.

http://www.gouffre-proumeyssac.com/

Si à l’entrée du gouffre, la fraîcheur fait un bien fou, comme l’a dit le guide, à la sortie, le coup de chaud on l’a senti passé lol . D’ailleurs, éviter l’été ou réserver vraiment la visite car si nous, nous étions un petit groupe, le guide nous a annoncé qu’is avaient facilement des groupes de 65 personnes dès mi-juillet et que les visites s’enchaînaient, avec deux groupes se succédant dans la grotte…Pas génial pour visiter à son tempo à mon sens. D’ailleurs, la foule serait tellement dense en été que des groupes s’attrouperaient devant la grotte, avec des files d’attentes de plusieurs heures sous un soleil de plomb car tout le monde traînerait des pieds pour sortir! lol Maintenant, il y a un emplacement pique-nique, quelques jeux de plein air pour les enfants et de quoi se rafraîchir pour pallier mieux au problème estivale.

Je n’ai pas eu le temps de visiter (mais voir 2 e vidéo), faisant partie de la dernière visite du jour (oui, on le « fait exprès »!), mais il y a un mini-musée avec les nacelles d’époque etc.

Prix (2015): 9,90 euros (adulte, sans nacelle).

2. Grotte de Domme:

http://www.louisbourdon.com/perigordsite/tourisme.htm

450 m de galerie avec remontée par ascenseur panoramique (quand il n’est pas en panne, ce qui fut notre cas…plus de 60 marches en escaliers en colimaçon à monter sous la canicule…).      Visite guidée d’environ 45 minutes (voir l’horaire! départ en été à 10h30), moins spectaculaire que le précédent, il est toutefois très différent.                                                                                    Pas de photos personnelles possible d’où mes légendes 🙂                                                             Toutefois, les galeries sont de plus en plus étroites et c’est VRAIMENT glissant. On ne se cramponne même plus, on s’attache à la rampe en fer (mouillée en plus, très délicat).

 Anecdote: lors de la dernière pente avant la sortie, le guide (un peu blasé quand même) a mentionné qu’il y avait rarement des chauves-souris (d’où ne pas boire l’eau, hum), qu’il y avait une grenouille une fois (mais comment est-elle rentrée?!) et quelques araignées des grottes ce qui a effrayé deux jeunes femmes devant  moi au point qu’elles ne voulaient plus avancer. Impatiente (de nature) et un peu lasse de la visite finale et de leurs cris de peur (quand on est fatiguée, les cris aigus ça agace vite), j’ai dis d’un pas décidé : »Bon, je vais passer car habitant à côté d’un marais, c’est pas ça qui m’effraye » (ouais, en fait, mettez-moi une mygale devant moi, vous verrez ma réaction 😉 )…et paf, j’ai glissé direct ou surfé avec mes semelles un demi-mètre plus loin devant les cris des effrayées et de ma mère! Bon, plus de peur que de mal. J’ai mentionné que je ne dirai plus rien la prochaine fois et  je suis restée bien sagement derrière…:/ Honte.

Prix (2015): 8,50 euros (adulte)

En ce qui concerne le village, je l’ai trouvé jolie mais pas exceptionnelle et TRES dangereux pour y accéder et surtout en sortir! Rues fortement en pente et la descente hors village est pour ma part presque suicidaire car la pente est vraiment forte et longue, et la route étroite dans les 2 sens. Très grosse frayeur! 2 e mauvais souvenir des routes!

(pas obligé d’écouter avec le son 😉  )

IMG_5677

Visite troglodytique suite et fin

Grottes du roc de Cazelle :

IMG_5590 IMG_5591

Visite essentiellement familiale, d’un site privée et assez peu connu,car surtout agencée autour des enfants avec des ateliers pédagogiques sur le monde préhistorique (attention aux horaires!). Je ne me suis pas vraiment sentie concernée par le site, à l’étonnement de l’accueil mais quasiment tout est réalisé pour les enfants, y compris les figurines à taille naturelle et les jeux de cache-cache d’animaux dans le décor mais le sentier est sympathique,

IMG_5599

La grotte blanche
La grotte blanche

IMG_5606

 

 

 

 

 

 

 

 

il fait forcément plus frais et la fin comprenait une mini-ferme (anecdote: après avoir aperçu que des mannequins en cire, en voyant les cochons, j’ai pensé que c’était aussi des faux puisqu’ils ne bougeait pas et j’ai dis : »Eh ben, ils sont faux mais on a même droit à l’odeur! car oui, ça puait…le cochon qui a bougé peu après vers nous 😉  )                                                                                                                                         IMG_5608

Mon glou-glou!
Mon glou-glou!
Et il/elle fait sa cocotte lol
Et il/elle fait sa cocotte lol

 

et la représentation d’une maison troglodyte au XX es car une famille y habitait encore jusque dans les années 60 (1966, familles Cosse et surtout Ussel  y sont décédés, dixit l’accueil).
IMG_5614

ruche traditionnelle dans un tronc creux de châtaignier
ruche traditionnelle dans un tronc creux de châtaignier

IMG_5617

 

 

 

 

 

 

 

 

Un gros plus à l’atelier silex commenté par un vieux passionné très sympathique qui m’a appris beaucoup de choses 🙂 (et très polie, dixit ma mère, car dans le sentier, il est passé à contresens en saluant avec son chapeau 🙂  ).

Prix (2015): 7,80 euros (adulte, réduction possible avec pass)

Le site internet que je recommande: http://www.rocdecazelle.com/#

Retour aux sources

IMG_5466

  1. Château de Commarques:  Difficile à trouver car le château médiéval se trouve au fin fond de la forêt (et les routes campagnardes deviennent délicates pour la voiture car le bitume est « troué » et inégale) et, après le parking, il faut encore marcher une dizaine de minutes dans un sentier forestier balisé (assez agréable hormis la partie « caillouteuse » douloureuse pour la plante des pieds; oubliez les tongs, c’est vraiment pas fait pour!) …petit hic: s’il descend en s’enfonçant dans l forêt, il faudra bien le remonter en revenant et les pentes ne sont pas tendres! C’est pas pour rien qu’il y a 2 bancs sur le chemin!)

Le château comprend en contrebas une grotte néolithique bien reconstituée. Le bâtiment fut lui-même érigé au XIIes mais son origine reste encore flou. Suite à la guerre de Cent ans, ses co-propriétaires (les Beynac, les Commarques,…) en sortent affaiblis et le château commence à se détériorer dès le XIV es. Il faudra attendre les années 1960 pour la restauration du château par Hubert de Commarque et les fouilles archéologiques qui mènent à la découverte de la vie quotidienne de ce château.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Commarques, 1960 e, bas et 1990, en haut, tout un monde!
Commarques, 1960 en bas et 1990, en haut, tout un monde!

 

 

 

 

 

 

 

 

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Des activités artistiques ou sportives participent à l’engouement de la visite: je me suis moi-même réinitier (ma 2 e fois 😉  ) au tir à l’arc le dimanche avec grand plaisir 🙂 (mais il y aussi la calligraphie médiévale, la sculpture sur pierre,…)                                                                             Bon, j’avoue, je n’ai pas dépassé la limite entre le bleu et le rouge et l’animateur avait l’air un peu lasse et s’intéressait plus à la même famille qui se battait dans un mini-tournoi de flèches sinon c’était bien 🙂

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Voyez la concentration de votre servante lol bon ben, pour le repas de ce soir c’est pas encore gagné 😉

Prix (2015): 7 euros (adulte)+ manuel d’explication compris.

 

2. La cité troglodytique  de la Roque Saint-Christophe (Peyzac-le-Moustier)

IMG_5473

IMG_5468

La Vézère

Lieu pittoresque et très facile d’accès (il y a même deux parcours d’entrée si on est plus férue de pente raide ou non) et visible depuis la route. Attention toutefois au passage étroit, aucune signalisation et un seul sens possible alors on klaxonne et on prie un peu.

IMG_5497

Le site est long d’1 kilomètre et se trouve à 80 m de hauteur, balisés par des pancartes explicatives sur l’histoire et la vie quotidienne de ses habitants et se terminant par l’installation de plusieurs armes de guerre d’époque (toujours impressionnant vue la place prise), depuis la préhistoire jusqu’à la Renaissance (guerre de religions) car, oui, elles étaient surtout habités au Moyen-Age. Elles contenaient plusieurs maisonnettes mais elles furent détruites. Le seul exemple est au village troglodytique de Sainte-Madeleine à quelques kilomètres de là.              On commença les premières fouilles archéologiques au début du XX es et ce n’est que peu avant la Seconde Guerre mondiale, mais surtout dans les années 50, qu’il fut aménagé pour les touristes.

IMG_5467

 

"Sacristie"
« Sacristie »

 

 

 

 

IMG_5474

IMG_5475

 

 

 

 

IMG_5472 IMG_5487

 

Qui tente?  🙂

C’est le plus grand escalier    monolithique en Europe.     32 marches amenant au 5 e étage.

(et non, on ne le monte pas)

 

Treuil à tambour ou de son petit nom "cage à écureuil" servant à porter de lourdes charges, jusqu'à 7 fois son poids!
Treuil à tambour ou de son petit nom « cage à écureuil » servant à porter de lourdes charges, jusqu’à 7 fois son poids!
Treuil horizontale, levant jusqu'à 150 kg
Treuil horizontale, levant jusqu’à 150 kg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le treuil verticale ou cabestan.
Le treuil verticale ou cabestan.

 

IMG_5488

IMG_5490

IMG_5491 IMG_5494

IMG_5492IMG_5493

La légende du trésor: Quand les Anglais devinrent les maîtres  des lieux au XV es, la légende dit qu’ils y cachèrent un trésor constitué de pièces d’or et de joyaux dans une peau de bouc. L’emplacement serait indiqué par une inscription anglaise sur une porte rouge… qui n’existe pas (ou plus?)…Jim Hawkins, où es-tu?

Vous aurez compris que j’ai beaucoup aimé la visite 🙂

Et d'une seule main, une! Pourvue que j'éternue pas! lol
Et d’une seule main, une! Pourvue que  je n’éternue pas! lol

Prix (2015): 7,50 euros (adulte).

Je vous recommande leur site: http://www.roque-st-christophe.com/

3.  La maison forte de Reignac (…et son exposition permanente de tortures niak niak niak…Ceux qui disent que je pense à mes élèves sont des mauvaises langue 😉 )

IMG_5498

A quelques kilomètres du précédent lieu (oui oui, ils sont tous à proximité, c’était journée troglodyte et grottes 🙂  ), de nouveau, il y a 2 accès possible (pente très forte ou plus douce): bon, déjà la douce, c’est pas gagné mais c’est à l’ombre par contre la pente très forte est en plein soleil et on la redescendra obligatoirement en sortant alors…                                                      Non, ce n’est pas de la paresse, c’est de la stratégie vitale !…

Au passage vers l’entrée, nous nous trouvons avec la légende de la « Porte du temps » (wouah…en fait non, je risque de retourner à la préhistoire vu les sites alentours. Je passe mon tour).             Légende: dans la préhistoire, une tribu vivait ici mais ils furent ensevelis sous des blocs de béton de calcaire mais un enfant et sa mère furent épargnés car ils se trouvaient à la Porte du temps. Depuis, on lui confère des pouvoirs magique et on la surnomme la « Porte du Miracle » car en la franchissant, on aurait du bonheur toute l’année…J’ai testé mais pas encore approuvé 🙂

IMG_5500

IMG_5504

 

 

Ce château falaise est la dernière représentation en France et date du XVI es. Tout aussi agréable dans la canicule que la visite précédente  grâce à sa fraîcheur, elle devait cependant être très rude en hiver puisque seule la petite cuisine possédait une cheminée, dont la chaleur montait jusque dans les chambres…vous imaginez le reste des pièces. Brrr!

IMG_5508
Sol en pichat, de 250 petites pierres calcaires au m² soit 17 000 pour le sol de la grande salle.

A côté des diverses pièces à vivre remplis de bric-à-brac des divers siècles d’habitations (jusqu’au XX es), la « maison » possède deux particularités: un cachot dont la trappe servant à nourrir et abreuver le prisonnier ne permettait ni à l’un ni  à l’autre de s’apercevoir…(on y entre par un détecteur de mouvement mais la lampe s’éteint vite, je ne vous dis pas le malaise qu’on peut avoir…surtout si un imbécile tente de fermer le dit cachot! (non, non, c’est pas du vécu).              Deuxième particularité, …hormis quelques objets de torture bien insignifiants (ironique, je vous laisse juge 😉  ),

IMG_5518
Allez, petit rappel mémoire pour mes élèves 😉

IMG_5519

 

 

IMG_5521
Petit rappel d’option: pas évident ce collier lors des déplacements puisque c’est un autre bagnard qui devait le fixer à coup de marteau et il arrivait quelques accidents de crânes en bouillies…
IMG_5522
On pensait à tout à l’époque!

 

 

 

 

 

 

 

la chambre du bouc (4m²) qui aurait appartenu, d’après les chroniques médiévales, au « bouc de Reignac » qui était un grand voleur et violeur de la région puisqu’il usait de son droit de « cuissage » sur les jeunes filles de la région et, la pièce étant trop petite avec pour seule sortie la porte d’entrée, elles se retrouvaient coincer …il en allait de même des jeunes servantes…Ah, « mais qu’est-ce qu’on s’amusait déconnait à l’époque! »

La visite même se termine au dernier niveau par une montée d’escaliers très raides, voire même un peu affolante à mon sens car ça glisse et on est vraiment haut!, au-dessus du toit qui servait de lieu d’éclaireur sur la région.

IMG_5520

Et pour finir en beauté, l’exposition permanente de torture assez bien fournie et surtout bien mieux expliquée qu’au musée de la torture de Carcassonne (oui, je suis folle  curieuse) qui se trouve dans le fond de la boutique de souvenirs, dans une autre grande salle interdite au moins de 12 ans. Franchement, pourquoi faire des films d’horreur avec esprits et démons, il n’y a qu’à s’inspirer de l’ingéniosité la barbarie de l’homme, c’est beaucoup plus instructive et bien moins cher à réaliser…Quelques extraits, âmes sensibles, s’abstenir!

IMG_5525

ah, qu'est-ce qu'on savait vivre à l'époque!
Ah, qu’est-ce qu’on savait vivre à l’époque!

IMG_5527

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Collier criminel avec poids d'entraînement de 12 kilos à porter tout le temps de la peine sans interruption...
Collier criminel avec poids d’entraînement de 12 kilos à porter tout le temps de la peine sans interruption…
Supplice du crochet sous le menton ou dans le dos qui suspendait la victime plusieurs jours au besoin...
Supplice du crochet sous le menton ou dans le dos qui suspendait la victime plusieurs jours au besoin…

 

 

 

 

 

 

 

 

L'empalement...ça se passe de comentaire.
L’empalement…ça se passe de commentaire.
L'écrase-tête...
Le presse-tête…

 

 

 

 

 

 

 

 

Le berceau de Judas ou la veille
Le berceau de Judas ou la veille

IMG_5565

 

 

 

 

 

 

 

La chaise de l'inquisiteur dont le plancher pouvait être chauffé...
La chaise de l’inquisiteur dont le plancher pouvait être chauffé…
Pour déceler les potentielles sorcières...
Pour déceler les potentielles sorcières…

 

 

 

 

 

 

 

 

Le masque de l'infâmie:
Le masque de l’infamie pour les désobéissants, surtout les femmes: beaucoup avaient un mécanisme interne qui mutilaient la bouche de la victime avec des aiguillons pointus et/ou des lames tranchantes.
IMG_5589
Le tonneau aux parois cloutés utilisé sur bateau car le roulis déplaçait celui-ci ou sur terre en faisant rouler le tonneau…Je vous laisse imaginer.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais je pense que le pire que je connaisse, mis à part le supplice de la scie que je ne vous illustrerais pas tellement je trouve ça abjecte: le supplice de la poire (gorge, vagin, anus: au choix ou les 3…). Ca se passe de commentaire. Je pense que celui qui a inventé ça devait être sacrément dérangé du bulbe et avoir un gros problème personnel avec sa mère/son père dans son enfance. Gros cas d’école pour le Dr Freud!

IMG_5560

La poire orale, rectale ou vaginale
La poire orale, rectale ou vaginale

 

 

 

 

 

 

 

Bien sûr, il en existe d’autre comme le supplice de l’eau,

de la roue, la langue de la chèvre (plus « drôle » mais il semblerait qu’on finissait les pieds irrémédiablement abîmés…?), la pendaison dans une cage,…

Et pour terminer sur la note inquisitrice et non moins choquante:

"Les voix du Seigneur sont impénétrables, mon  fils!"
« Les voix du Seigneur sont impénétrables, mon fils! »

Je vous recommande le site internet: http://www.maison-forte-reignac.com/(avec un petit air mystico-musical d’Era que j’adore 🙂  )

Prix (2015): 7,80 euros. Possibilité d’acheter à boire au congélateur au besoin 🙂

Rêverie de la nature

IMG_5435

  1. Les jardins de l’imaginaire (Terrason-Lavilledieu): jardin étendu sur plusieurs niveaux sur 6 ha et divisé en 13 tableaux artistiques réalisés dès les années 90 par l’architecte paysagiste américaine Kathryn Gustafson et Ian Ritchie (dôme côté jardins d’eau). Le travail a duré 3 ans et mélange des techniques de la région avec des fleurs et des arbres comme des bonsaïs et des roses.                                                                                               La visite est guidée (bien voir les horaires!) et l’entrée est effectivement le plus difficile à passer vu la pente mais la hauteur permet d’avoir plus d’air frais alors mieux vaut le visiter en matinée, c’est bien plus agréable 😉                                                                            IMG_5430                                                                                                                                                     En ce qui concerne la visite en tant que telle, je n’ai pas particulièrement apprécié la visite contemporaine (et non naturelle, bien plus intéressante à voir à mon sens) puisque les tableaux sont bien trop artistiques à mon sens et la signification est difficile à comprendre. On reste un peu sur le « délire » répétitif de l’artiste qui se réfère sans cesse aux courbes de la nature et aux lignesparallèles qui est le signe humain domptant la nature. Si le premier tableau peut passer, les autres ne sont qu’une répétition, rarement évident, et vite lassant.
    Le fil d'Ariane.  Les enfants disaient que c'était pour eux des toboggans à écureuils lol
    Le fil d’Ariane.
    Les enfants disaient que c’était pour eux des toboggans à écureuils lol

    IMG_5432                                      Je vous laisse deviner la courbe et la ligne 😉                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                   IMG_5434                             IMG_5438                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                  Seul le jardin d’eau a eu un plus grand intérêt…parce qu’il y a avait plusieurs jets d’eau qui rafraîchissait agréablement 🙂 . De plus, dans le bassin, l’artiste (et ça j’aimais beaucoup) avait fait en sorte qu’avec des jets de fines gouttelettes d’eau et les rayons du soleil, on crée un mini arc-en-ciel permanent au-dessus du bassin.                                    A proximité, on avait une belle roseraie dont certaines variétés portaient des noms illustres (Christophe Colomb, Arielle Domballe, Louis de Funès,…).                                                                                                                      IMG_5441 IMG_5444

IMG_5446

IMG_5443IMG_5448

IMG_5455

Sur le chemin, on peut encore croiser à plusieurs reprises dans des parterres aménagés des cartes des plus grands fleuves considérés par l’artiste (Gange, Nil, Mississippi,…) sous forme d’eau.

Et on a finit par l’exposition temporaire du sculpteur italien (et terrassonais de coeur) Giovanni CAROSI qui travaille très bien je dois dire 🙂                                                                                     Je vous laisse juge: IMG_5459

IMG_5458

Avec à l'arrière, les murs originaux de la région, dont les pierres tiennent simplement aec un filet métallique sans mortier.
Avec à l’arrière, les murs originaux de la région, dont les pierres tiennent simplement avec un filet métallique sans mortier.

 

 

 

 

 

 

 

 

IMG_5461

C'est pas mignon ?
C’est pas mignon ?

 

 

 

 

 

 

IMG_5463

Et en profitant des oeuvres…une grosse bonbonne d’eau bien fraîche à disposition :))

prix (2015): 7,50 euros (adulte)

Parking en terrasse: attention, forte pente en sortant du parking en terrasse (sérieusement, après le déjeuner, on a bien sué car la voiture a glissé vers l’avant  en démarrage en côte et on n’arrivait plus à la reculer suffisament pour braquer et sortir. Résultat, on était à 1 m du pare-chocs arrière de la voiture d’à côté et les propriétaires revenaient et ne pouvaient plus sortir alors on stressait à mort pour tenter encore de reculer…et on a réussi mais on s’en souvient encore! A tel point qu’on va prendre des cours sur le sujet et tenter de comprendre pourquoi la voiture dérape ainsi en côte. C’est vraiment l’horreur car on ne maîtrise quasiment rien et il faut de suite passer du frein à l’accélérateur en 1-2 secondes.

Château de Puyguilhem, de Hautefort et la ville médiévale de Sarlat

IMG_5350

Château de Puyguilhem
Château de Puyguilhem

 

 

 

 

 

 

Le château de Hautefort est une ancienne forteresse médiévale qui se transforme, comme la majorité des châteaux par la suite, en une résidence classique (XVIIes). Connue aussi comme le château de Marie de Hautfort, qui fut « l’amour platonique » de Louis XIII, au surnom de l’Aurore par sa beauté.                                                                                                                         Le château sera gardé par la même famille jusqu’au XIX es où il sera vendu à plusieurs reprises et même laissé à l’abandon jusqu’à ce que le baron et la baronne de Bastard s’éprennent du lieu et tentent de le sauver en puisant dans leurs ressources personnelles. Même l’incendie du château dans la nuit du 30 au 31 août 1968 (le château mentionne la cigarette comme potentiel criminel) n’entamera pas la volonté farouche de la baronne de remettre sur pied le château jusqu’à sa mort, en 1999 à près de 100 ans.

IMG_5356

Statue féline assez rare
« Félindra, tête de tigre! » Oups, pardon, je me suis emportée sur Ford Boyard. Note que la statue est assez rare pour être mentionnée.
Chambre du maître, XVIIIes. Remarquez la coquetterie des plumes au-dessus de son lit :)
Chambre de type polonaise…du maître, XVIIIes. Remarquez la coquetterie des plumes au-dessus de son lit 🙂

 

 

 

IMG_5385

 

 

 

écuries

 

 

 

 

 

Si le château n’est pas particulièrement meublé, je pense qu’on le visite essentiellement pour ses jardins à la française (art topiaire classique) à l’arrière du château et à l’anglaise à l’entrée du château.

IMG_5361IMG_5360    IMG_5395IMG_5357

IMG_5399

Des échafaudages ne m’ont pas permis de contempler sereinement les jardins à la française et, même si le personnel du château était très sympathique (hormis la jeune caissière qui a tenté de découragé tout le monde 1 h avant la fermeture du château, ah, c’est bien mal me connaître, d’ailleurs elle en a été pour ses frais non mais! 1 h de route pour entendre ça, fallait le faire! Elle a d’ailleurs quitté son poste bien avant son heure alors le reste…), je ne me suis pas sentie concernée d’une quelconque façon par le château et je n’ai pas été subjugué par l’art topiaire, contrairement à ce qu’on en vante dans les guides,  que j’ai trouvé un peu répétitif et donc finalement, cher pour ce que ça représentait. Une petite demi-heure a suffit à le visiter et j’ai pris une grosse demi-heure (surtout pour le jardin anglais) à visiter l’extérieur.                            Ca fait d’ailleurs un peu peur quand on arrive ainsi à la fin de la visite car le responsable m’a rassuré en me disant que je pouvais même rester plus longtemps dans les jardins, les portes se ferment (hein?!) mais il suffit de sonner et on ouvrira la grille (what?!). Et effectivement, après avoir eu quelques secondes de stress devant la grille fermée qui ne s’ouvrait pas après avoir sonner, à « échafauder » déjà un plan de secours pour me laisser glisser à travers le muret en contrebas (non, mon amour des châteaux, et encore moins pour celui-là, ne me donnait pas envie d’y camper :/),

Mon plan B pour sortir :)
Mon plan B pour sortir 🙂

j’ai compris que, comme pour les portes automatiques, en sonnant et appuyant sur la poignée, la grille s’ouvrait. Retour à la liberté, magique!  Vous avez dit modernité? 😉

Prix (2015): 9, 50 euros (adulte).

Sarlat ou plutôt Sarlat-la Canéda:

IMG_5424

« Capitale » du Périgord noir, c’est une ville touristique connue pour son architecture essentiellement médiéval. Le centre historique est piéton et se situe à 5 min à pied des boulevards principaux…mais la référence n’y est pas explicite puisqu’il n’y a pas de panneaux le signalant. Je m’explique: en descendant des boulevards, on s’est retrouvé sur une petite place banale, avec quelques cafés. Aucun panneau donc on a un peu tourné en rond et c’est finalement en prenant un verre (oui, il faisait chaud 🙂  ) qu’on est tombé sur un très sympathique jeune serveur (proprio?) qui nous a expliqué où était le centre et nous a même fait un petit cours d’histoire (tiens, tiens ;)) sur sa ville avec beaucoup d’entrain (merci à son cousin aussi prof d’histoire 🙂 ).                                                                                                                   C’est assez rare que quelqu’un prenne ainsi son temps (bien 10 min) avec tant d’intérêt pour ne pas le signaler ( allez, je vais même faire sa pub tiens, c’était le café Vivaldi, si tu te reconnais…lol), d’autant plus qu’il était très sympa, mignon (bon, allez, j’avoue!) et lecteur assidu il semblerait (oui, oui, après, il s’est rassit et à poursuivi son pavé gros bouquin…Il nous a même indiqué où acheter de l’eau fraîche (oui, les supermarchés ne font pas légion dans le coin).  Mon âme soeur sauveur!     Mon Dieu, ça existe encore des jeunes hommes ainsi ?! Arrachée Délicatement amenée à grands coups de pieds au c…prestemment par ma mère hors de ce café, nous avons visité un peu le centre-ville et il faut dire que ça vaut le détour, mis à part la horde de restaurateurs présents dans la vieille ruelle menant à la place.                        Jugez par vous-même:
IMG_5420IMG_5418
IMG_5417 Jacquouille, où es-tu?IMG_5421

IMG_5413IMG_5422

 

 

 

La place aux oies